Accueil
Le marché du logement social en France

Dans un contexte d'inflation des prix de l'habitat et de précarité accrue, le logement social est, aujourd'hui plus que jamais, une mission d'intérêt général.


L'histoire de l'habitat social est étroitement liée à la révolution industrielle et au surpeuplement en milieu urbain datant de la fin du XIXème siècle. Pour lutter contre les conditions misérables de logement des ouvriers et enrayer la mortalité infantile il devient alors primordial d'améliorer la situation du logement dans les grandes agglomérations. C'est à cette même époque que naissent les premières habitations HLM à Bon Marché à l'initiative de Jules Siegfried, fondateur de la société française  des habitation à Bon Marché, puis peu après le droit au logement. La question du logement devient alors peu à peu une véritable politique publique. On compte en 1975 plus de 21 millions de logements sociaux contre 12 millions en 1946.  Qu'en est-il aujourd'hui ?

Dès 1975 la location sociale est au cœur de la politique de la ville et de nombreuses lois sont créées dans ce sens, afin d'insérer les plus défavorisés mais aussi de permettre aux classes moyennes d'accéder à la propriété.

Toutefois, à partir des années 2000, l'offre de location HLM s'est nettement contractée. Certains quartiers d'habitats sociaux se sont dégradés et connaissent de nombreux dysfonctionnements tels que le chômage, l'insécurité, les tensions interculturelles.

Les demandeurs de logement social ne cessent de croître. On en compte, aujourd'hui, près d'1,7 million en  France et 406 000 rien que pour la région Île-de-France pour un parc immobilier trop peu important et les organismes HLM tels Paris Habitat OPH , SGIM ou encore le bailleur social ICF Habitat, tentent, aujourd'hui, d'acquérir ou bien de construire de nouvelles résidences mais aussi d'en rénover un certain nombre afin de répondre à cette demande grandissante  et d'améliorer les conditions de vie au sein de ces habitats sociaux.
La location de logement social est donc un vrai enjeu d'intérêt général soutenu par la loi SRU (loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain) qui oblige les agglomérations à construire ou proposer au moins 25 % d'habitats sociaux.

Ainsi, même si les problèmes demeurent quant au nombre de locations réellement disponibles, d'autres lois comme la loi Borloo en 2003 et la loi DALO sur le droit au logement opposable de 2007 tentent de garantir l'accès au logement des plus défavorisés. De même, les procédures d'attribution des logements sociaux aux demandeurs souvent reconnus comme trop longues et complexes, tendent aujourd'hui à se simplifier.

 
< Précédent   Suivant >
eXTReMe Tracker